Aperçu officiel de Vol’dun : une étendue aride d’exilés de Zuldazar

background_bfa_voldun_region_apercu

Blizzard nous donne un aperçu officiel de la région de Vol'dun sur le continent de Zandalar destiné à la Horde dans Battle for Azeroth par une visite guidée de l'environnement. Cette région était autrefois recouverte par une jungle verdoyante et ancien joyau de l'empire troll. Désormais, Vol’dun n’est aujourd’hui plus qu’une étendue aride où les exilés de Zuldazar finissent leurs jours. Les dunes de cet immense désert sont hostiles à toute forme de vie, à l’exception des Vulpérins, semblables à des renards, et des hommes-serpents connus sous le nom de Sephraks.

Aperçu de Battle for Azeroth : visite guidée de Vol'dun (Source)

Vol’dun est une vaste étendue désolée située au nord-ouest de Zandalar. Dunes de sable, lacs salés et reliefs rocheux accidentés se succèdent d’une côte à l’autre. La région rejoint Nazmir à l’est et Zandalar au sud. La dangerosité de ce désert vient tant de ses paysages arides et hostiles que des créatures qui y survivent tant bien que mal.

Bienvenue en Vol’dun.

C’est dans la région de Vol’dun que les exilés de Zuldazar terminent leurs jours. Mais l’absence de vie qui semble régner sur ces terres n’est qu’un mirage, et de nombreuses découvertes attendent ceux qui savent voir au-delà des apparences.

La princesse Talanji a entendu dire que le général de son père, Jakra’zet, envoie en secret des troupes en Vol’dun. Pour prouver la valeur de la Horde et bénéficier de l’appui de la flotte zandalari, vous devrez vous aventurer dans ces terres inhospitalières pour trouver Jakra’zet, découvrir ce qu’il prépare et l’arrêter avant qu’il n’anéantisse tout l’empire zandalari.

Quitter la capitale sera risqué pour vous et votre petite équipe, et le simple fait de franchir la frontière pourrait bien révéler vos intentions aux serviteurs du général. Comme pour tout voyage en terrain hostile, vous devrez vous préparer… à toutes les éventualités.

Les secrets du général sont dissimulés quelque part dans ces sables. Dirigez-vous vers les dunes et recueillez les preuves nécessaires pour le chasser du pouvoir.

En explorant le désert, vous rencontrerez les Vulpérins : une race de charognards semblables à des renards, capables d’utiliser tout ce qu’ils trouvent pour survivre. Mais tous ceux qui vivent ici ne sont pas libres. Anciens alliés des Trolls zandalari, les Sephraks reptiliens se sont mis à réduire en esclavage tous ceux qui croisent leur chemin, et les Vulpérins sont une proie facile. Pour rester en vie et déjouer les machinations du général Jakra’zet, vous devrez vous faire autant d’alliés que possible en Vol’dun. Venir en aide à ces créatures portera forcément ses fruits.

Les caravanes des Vulpérins voyagent d’une planque à l’autre pour colporter des marchandises, faire du commerce et partager les informations glanées ici et là. Avec un peu de chance, vous pourrez même faire route avec l’un de ces convois pour en apprendre plus sur ces habitants pleins de ressources.


SAVOIR OUBLIER : NOUS SOMMES TOUS AKUNDA, À PRÉSENT

Au sud se dresse le temple d’Akunda. Comme Nazmir et Zuldazar, la région est placée sous le signe de plusieurs Loas. Nombreux sont ceux qui trouvent refuge dans ce temple pour oublier les malheurs du passé et servir le grand Loa Akunda. Ce lieu vous réserve de nouvelles découvertes, et en échange de quelques services, vous pourrez gagner les faveurs de ce Loa.

À essayer : si vous trouvez une vieille planche dans les dunes de sable au sud d’Atul’Aman, vous pourrez vous adonner aux joies de la glisse. Pensez simplement à protéger vos yeux du sable et à vous couvrir la bouche, sans quoi vous risqueriez d’avaler quelques protéines sous la forme d’un insecte du désert !

Au nord-est du temple d’Akunda, des parias ont établi un avant-poste à proximité d’Atul’Aman. Malgré la fréquence des tempêtes de sable et la rareté des ressources, ils élèvent des alpagas sur ces terres arides. Protéger le troupeau des hyènes, des rampedunes vol’duni et des saurolisques est loin d’être évident, et l’obligation de vivre de la terre a endurci ce peuple. Les étrangers n’ont pas leur confiance, et les maraudeurs qui se terrent dans l’arène des Sables brûlés, non loin de là, s’en prennent régulièrement à ce campement fragile pour dérober le peu de denrées qui s’y trouvent.


FAITES UNE PAUSE À LA DÉFENSE D’OR

Non loin d’Atul’Aman, nichée dans les profondeurs d’une caverne, se trouve l’oasis Pépiflore. Vous pourrez y découvrir l’auberge de la Défense d’or et son excentrique propriétaire, Rhan’ka, qui aura quelques services à vous demander. Donnez-lui un coup de main ou deux et faites preuve d’un peu (ou de beaucoup) de courage pour bénéficier de quelques avantages : un nouveau trajet aérien ainsi qu’une auberge en parfait état qui vous permettra d’échapper à la chaleur écrasante du désert.


UN PEU DE MIEL ?

Juste au nord de l’oasis Pépiflore, un Vulpérin du nom de Rikati vend de la nourriture et des boissons pour le moins étranges : vous pourrez par exemple goûter au « miel » d’acidoptère (ce n’est probablement pas ce que vous pensez). Comme toujours dans ce désert, les apparences sont trompeuses. Si vous avez le goût du risque et l’estomac solide, n’hésitez pas à venir découvrir de nouveaux horizons culinaires.


ENTRE LES SEPHRAKS ET LA MER

Si vous aimez les histoires de pirates, le port de Zem’lan, au sud-ouest, vous attend ! Bien sûr, on y parle d’une malédiction et d’un trésor. Les cris des mouettes paraissent paisibles, même au milieu des vestiges du port, et les Sephraks continuent de patrouiller dans les environs. Cet endroit regorge de récits et de mystère qui n’attendent que vous.


L’INCURSION DE LA COMPAGNIE CORSANDRE

La compagnie Corsandre a infiltré le sud de Vol’dun. Comme si vous n’aviez déjà pas assez d’ennuis avec le général Jakra’zet, les esclavagistes sephraks, les pirates maudits, les maraudeurs et les créatures de ce désert hostile qui semblent particulièrement déterminées à vous tuer et (sans doute) vous manger, ces Kultirassiens viennent compliquer les choses.


UN REFUGE LOIN DE TOUT ?

Sur la côte nord-est, le long de la combe des Murmures, les Tortollans se sont installés dans le refuge Tortaka. Ils doivent repousser les Nagas venus de l’est, composer avec des ressources de plus en plus rares et faire face à des araignées géantes. Si vous êtes arachnophobe, Vol’dun n’est peut-être pas le meilleur endroit pour passer vos vacances.

Plus au sud, le goulet Sinueux sera l’occasion de rencontrer quelques pèlerins tortollans de Nazmir. Capturés pendant leur voyage, ils sont désormais vendus au plus offrant par les Sephraks.


LÀ OÙ MÊME LES SERPENTS N’OSENT S’AVENTURER

Au nord, la Flèche des mandeciel domine le paysage. Un immense cobra surplombe les lieux, crépitant d’électricité. C’est ici que vous découvrirez le temple de Sephraliss et les ténèbres qui l’habitent.

Des siècles auparavant, Sephraliss, puissant Loa serpent, a donné sa vie pour empêcher Mythrax d’invoquer son maître en Azeroth. Après la bataille, ses disciples dévoués ont recueilli sa dépouille et ont bâti un temple pour la protéger en attendant sa renaissance. Aujourd’hui, ce lieu sacré est assailli par des forces maléfiques qui tentent de s’emparer du pouvoir de Sephraliss pour assouvir de sombres desseins.

Modes : normal, héroïque et mythique
Niveau : Horde* 110+ (un des quatre donjons de montée en niveau)
*Disponible au niveau 120 pour la Horde et l’Alliance

  • Viperis et Aspis : un duo de puissants Sephraks chargés de garder l’entrée du temple afin d’empêcher les importuns d’interférer avec le plan de leur maître.
  • Merekpha : Merekpha est le fruit d’expériences contre nature conçues pour produire une armée de bêtes implacables. Sa couvée étant sur le point d’éclore, cette mère part en chasse afin de nourrir ses petits affamés.
  • Galvazzt : conséquence de la corruption de son temple, le pouvoir de Sephraliss sur la foudre a donné naissance à des élémentaires corrompus qui écument désormais les chambres englouties. Galvazzt, la plus puissante de ces créatures, est capable d’exterminer quiconque croise son chemin.
  • Avatar de Sephraliss : le cœur de Sephraliss est aux mains d’une force terrible qui cherche à la corrompre. Son avatar doit être restauré avant que ce fléau prenne racine et qu’elle renaisse sous la forme d’une Loa ténébreuse capable de détruire la totalité de Vol’dun.

Vol’dun est une région riche de découvertes, et ce qui semble n’être qu’un désert aride au premier abord grouille de vie… et de dangers. Les os d’anciennes créatures gigantesques jonchent le sol, blanchis et polis depuis bien longtemps par les sables. Le nord vous offrira un bref répit grâce à une petite zone marécageuse, et vous pourrez vous abriter du soleil implacable dans des cavernes et une oasis.

N’oubliez pas : l’eau peut faire toute la différence entre la vie et la mort, pour vous comme pour ceux qui en ont peut-être désespérément besoin. Au bon endroit et au bon moment, il peut suffire d’une goutte ou deux pour tout changer.


À l’est de Vol’dun s’étendent les marécages fétides de Nazmir, tandis qu’au sud se dresse la capitale tentaculaire des Zandalari, l’antique Zuldazar. Pour apporter le soutien de la flotte zandalari à la Horde, vous devrez avoir du cran et une volonté de fer. Mais pour survivre à Vol’dun, il faudra être prêt à tout.

Par

Yunalesca#2605 CONTACT @YunalescaSpirit
Joueur passionné depuis Burning-Crusade (2006) sur World of Warcraft. Gestionnaire et administrateur à temps complet sur le domaine Warlock et BlizzSpirit. Mon plus grand rêve est de faire une photo dédicacé avec et par le grand Gul'dan l'Anéantisseur de rêves.

Donnez votre avis :

Vous pouvez réagir à cet article grâce à votre compte utilisateur sur le réseau ou alors rester anonyme sans profiter des avantages proposés comme la progression de votre réputation, un espace de profil organisé, recevoir des notifications ou même obtenir des hauts-faits.

OU