Vous lisez actuellement un article WarlockSpirit :

Nouvelles de la Communauté : Récit d’une démoniste

Certaines informations de cette page peuvent être erronés suite au déploiement de la mise à jour 5.4. Lorsque cet article recevra une nouvelle mise à jour, ce message ne sera plus affiché

Pour ce deuxième épisode des "Nouvelles de la communauté" je vous propose de partir à la découverte de la première partie du récit d'Aseidia, un récit 100% démoniaque auquel chacun des membres de notre classe pourra s'identifier. J'en profite pour vous rappeler que vous pouvez nous envoyer des captures d'écrans des boss que vous avez tombé, des vidéos ou des images de vos exploits ou toute autre chose extravagante issue du fruit de votre création. Pour cela il vous suffit de nous contacter à l'adresse suivante [email protected] et vous serez peut être à la une d'un de nos futurs articles. C'est aussi une manière pour vous de faire la "promotion" de votre guilde en nous envoyant des vidéos de down. :)

Hurlevent, le quartier des Mages, la taverne de l'Agneau Assassiné. Un seul type de client 
fréquente cet établissement mais à la grande surprise du tenancier une aventurière, vêtue d'une armure venait d'entrer. 
L'aubergiste observa attentivement la nouvelle arrivante. Une armure rouge et doré, des dagues sur les épaulières, une longue jupe et un casque masquant intégralement le visage et recouvert d'une capuche. Une armure très en vogue chez les paladins, l'armure du Jugement.
Elle scruta attentivement la salle principale et se dirigea vers la table la plus isolée et éloignée de la porte, posa son épée sur la table et s'assit.

Il aurait bien aimer chasser cette intruse mais il n'avait guère envie de tater de l'épée posée sur la table. Bien qu'il ait l'habitude de frayer avec de dangereux personnage, pour la plupart psychopathe, il n'avait rien à craindre d'une paladin. Même si la salle principale ressemblait à s'y méprendre à celle d'une auberge normal ce qui se tapissait en son sous sol était capable de se débarrasser de n'importe quel gêneur si besoin était.

 

- Et bien. Tu es déjà là !

L'aubergiste tourna la tête vers le nouvel arrivant. Cette fois c'était bien le genre de client de son établissement... Une néantomancienne. Et une puissante à en juger par sa tenue ostensible. Ou du moins qui se croit puissante et qui ne craint pas d'afficher ses penchants démoniaques.
Même si la caste des démonistes est aujourd'hui plus ou moins reconnue et acceptée par l'Alliance, il n'en reste pas moins dangereux pour ceux de faible puissance de trop se faire remarquer.
Mais sagesse et démons ne vont généralement pas de pair, hélas... Ce qui rendait cette auberge particulièrement précieuse aux yeux de leur caste. Un havre de sécurité absolue puisque personne ne serait assez fou pour s'en prendre aux démonistes y séjournant. D'une part parce ce que c'était le lieu qu'avaient choisit les maitres démoniste de Hurlevent pour y établir leur siège et d'autre part parce qu'aussi individualistes et égocentriques que puissent être les pratiquants de la magie du néant, ils savent se soutenir mutuellement et faire front commun lorsque la situation l'exige. Et attaque cette auberge équivaudrait à une déclaration de guerre absolue.
Même le Roi Varian ne s'y risquerait pas... ou plus en tout cas...

La démoniste, vêtue d'une armure couleur rouille, les épaulières hérissée de pointes et de crânes.
Elle se dirigea d'un pas décidé vers la table du paladin. L'aubergiste ne pu dire qui était cette démoniste, son visage étant caché par un masque auréolé d'une couronne de chaine, ne laissant transparaitre qu'un regard enflammé.
Elle semblait seule mais il fallait être fou ou naïf pour croire que ces pratiquants des arts démoniaque n'ont pas un succube invisible à ses côté ou un marcheur du vide tapis dans les ombres.
Dans sa jeunesse, il avait eu l'audace de se moquer d'un jeune démoniste, le pensant encore incapable de soumettre les créatures de la Légion à sa volonté. Il réussit à éviter la boule de feu du diablotin, fraichement invoqué, de justesse.
C'était un autre temps, il a depuis apprit à rester à sa place et à éviter tout ce qui pourrait lui causer une mort subite et surement extrêmement douloureuse.

 

La femme paladin releva la tête et c'est d'une voix caverneuse, étouffée par un masque, qu'elle s'adressa à la démoniste :
- Tu es en retard. Je déteste ça. Sois sure que si tu ne m'avais pas suppliée et harcelée par lettre je ne serais déjà plus la !

La démoniste ria à gorge déployée et des flammes consumèrent rapidement son masque. L'aubergiste se crispa en  reconnaissant cette chevelure flamboyante et ce visage à l'air si innocent. Dangereuse, très dangereuse. Pas la plus puissante, ni la plus folle mais, s'il devait y avoir un combat, son auberge partirait en fumée. Bien sur, cette destruction viendra en grande partie de la démoniste. Elle aime se donner en spectacle et sa tenue en est la preuve la plus flagrante. Et un infernal peut rapidement faire son apparition en plein milieu de la salle...
La démoniste tira une chaise et s'assit dessus, l'air joyeux.

 

-Allons, allons. Ne parlons pas de harcèlement, je voulais juste m'assurer que tu serais bien là. Nous avons tellement de choses à évoquer aujourd'hui ! Et puis c'est toujours un plaisir de te revoir et d'avoir de tes nou...

Soudain, la paladine frappa la table de son poing, ce qui fit sursauter l'aubergiste mais réussit à imposer le silence à la néantomancienne.

 

- Assez ! Je n'ai pas fais le trajet depuis la lointaine Pandarie pour prendre le thé ou échanger des politesses ! Parle maintenant ou je m'en retourne !

La démoniste cessa de sourire, se pencha vers le visage de son interlocutrice et la fixa dans les yeux. Des flammes apparurent dans son regard, signe de son exaspération et de sa colère. Mais elle réussit visiblement à se contenir et repris la parole calmement. 

 

- Soit, si telle est ta volonté alors commençons. La démoniste sourit à nouveau. Je repars en Outreterre.
La paladin tressaillit mais ne répondit rien.
La démoniste en sourit d'autant plus, heureuse de son effet.

 

- Tu le sait aussi bien que moi, non ? Ce monde court à sa perte depuis bien longtemps, obligeant nos plus grands héros à acquérir plus de puissance et de pouvoir ! Mais tu l'as vu aussi bien que moi, ces héros finissent souvent par succomber face à ce pouvoir et se retourne alors contre ceux qu'ils souhaiter sauver. La démoniste arrêta d'un geste de la main la guerrière sacrée qui voulait prendre la parole. Non, écoute moi jusqu'au bout je te prie.

Elle se leva et fit les cents pas en reprenant son discours.

- Onixya fut la première à nous menacer après la guerre qui entraina la déchéance d'Arthas, puis ce fut Ragnaros et ensuite Néfarian qui se mit à comploter contre nous. Et à sa suite, les Dieux très Anciens se rappelèrent à nous ! Et je t'épargne le récit des combats dont j'ai été témoins en Outreterre ! Mais Kael'Thas et Illidiant, des héros parmis les mortels, succombèrent eux aussi à l'attrait de leur pouvoir...
Ce genre de pouvoir corromps irrémédiablement celui qui le détient. Oh pas immédiatement, cela prend des années voir des siècles pour certains mais il n'en demeure pas moins qu'invariablement l'histoire se finit par la mort du dit héros.
Elle s'arrêta, tête basse et poursuivit d'une voix lasse et triste. Moi même j'ai conscience de la corruption qui me ronge petit à petit, mais je ne peux plus faire marche arrière à présent et un jour prochain...

Poings serrés la démoniste gardait à présent le silence, la paladin prit la parole à son tour.

 

- Et alors ? Que compte tu faire en Outreterre ? Chercher du pouvoir ? Devenir encore plus corrompue que tu ne l'es ? Abandonne cette folie ! Car tu l'as dis toi même, ce n'est pas la solution. T'attends-tu que je te jure de tirer ma lame contre toi si jamais tu faiblissais ?

La démoniste se remit à rire et retrouva son air innocent et joyeux.

 

- Non, non, non !  Je sais que tu attends avec impatience le jour bénit où tu pourras me tuer mais pour l'heure il est certes question de pouvoir mais pas de ce genre de pouvoir qui me priverait de ma propre volonté.

La démoniste dansait maintenant entre les tables en riant, valsant avec un cavalier invisible. L'aubergiste n'en croyait pas ces yeux. Il n'avait encore jamais vu de membre de cette sombre caste se comporter de cette façon en publique. Cette femme était folle, plus folle qu'il ne l'avait imaginé.

 

- Ce pouvoir, le seul véritable pouvoir, le seul qui vaut la peine de tout sacrifier mais qui ne corromps pas, du moins pas comme nous avons pu le voir auparavant. La démoniste s'arrêta de danser et regarda gravement l'inconnu.
Je veux le savoir absolu, celui des Titans.

Horrifiée, la paladin se leva, renversant la table et attrapant son épée au vol.

 

- Folie !!! C'est de la folie ! Tu cours à ta ruine si tu échoue et à celle de notre monde si tu réussis ! Et je ne te laisserai pas faire !

Un sourire cruel apparut sur le visage de la démoniste et l'auberge s'emplie de l'énergie démoniaque crépiter autour de la femme.

 

- Oooooh ? Le temps de notre affrontement serait-il donc enfin venu ?
Des flammes apparurent dans les mains de la jeune femme mais son adversaire se rassit et posa son épée contre sa chaise

 

- Non, il n'est point venu. Je ne te combattrai pas aujourd'hui. Vas en Outreterre, vas à la rencontre de ta fin !

  La démoniste reprit son air joyeux et applaudit vivement.
- Tant mieux ! Il aurait été dommage que nous nous affrontions après tout le mal que je me suis donné pour t'apporter ton cadeau d'adieu !

Malgré son masque la voix de l'intérressée semblait dubitative.

 

- Un cadeau ? Qu'as-tu donc encore inventé ?
Malicieuse, la démoniste répondit en riant.

 

- Oh trois fois rien. Juste de quoi t'amuser un tout petit peu ! Des compagnons de jeu d'une petite secte du Crépuscule à qui j'ai volé et détruit un artefact !

Elle ria de plus belle en regardant son interlocuteur se lever brusquement.

 

- Comment as tu os...

Mais un vent glacé et malsain remonta du sous sol de l'auberge, obligeant la paladin à se retourner vers la passage menant aux quartiers des maitres démonistes.
Ne voyant rien elle se retourna vivant vers la démoniste.

 

- Réponds moi !! Qu'as-tu manigancé !!!

Mais seul le silence répondit et en se retournant elle ne pu que constater que la démoniste avait disparue.
- Maudite sois-tu, un Cercle Démoniaque ! Tu m'as encore piégée !!

Sur ces paroles des hommes en arme entrèrent dans l'auberge et commencèrent à saccager l'établissement.
Un des hommes,visiblement le chef, prit la parole.

 

- Où est elle ? Où se trouve cette catin démoniaque !!

Calmement, la paladin récupéra son épée et la dégaina vivement. Elle évalua le groupe d'homme en face d'elle, une dizaine d'adversaire, équipés d'armes bon marché, peu de protections et un, voir deux arcanistes. Surement pas des combattants d'élite.
Elle porta ensuite son attention sur celui qui avait prit la parole, un homme vêtue d'une bure  écarlate et d'un capuchon qui ne laissait apparaitre qu'une barbe en fouillis et une profonde cicatrice sur sa joue droite. Elle sourit intérieurement en remarquant que c'était une blessure fraiche, surement un cadeau de la démoniste pour s'assurer de leur motivation à la pourchasser.
Décidément cette femme était beaucoup trop intelligente et manipulatrice pour son bien...

Le groupe venait de se positionner en arc de cercle devant elle, ils ne semblaient pas avoir l'intention de fouiller en profondeur l'auberge. Au moins leurs instincts primaires fonctionnaient parfaitement. Toutefois leur destin était déjà scellé et ils allaient s'en rendre compte rapidement.

Le chef du groupe s'avança, visiblement aussi nerveux que ses hommes et se planta devant la paladin, essayant de paraitre calme et sur de lui.

 

- Et bien qu'avons nous donc la ? Une paladin dans un lieu aussi démoniaque et malveillant. Seriez-vous la pour enfin fermer ce lieu de perfidie et de sacrilège afin que le bon peuple de Hurlevent puisse retourner dormir sur ces deux oreilles ?

La guerrière ne répondit pas et planta la lame de son épée dans le sol de l'auberge, ce qui eu pour effet d'accentuer la nervosité du groupe ennemis. Leur chef recula et trébucha, se rattrapant de justesse à l'un de ces hommes. Il repoussa violemment son acolyte et rugit en direction de la femme.

 

- Que crois-tu donc faire, femme ? Est-ce donc comme ça que tu honores ton Eglise et la Lumière ? Dis nous où ce trouve cette démoniste de malheurs !

La peur semblait avoir eu raison de la volonté de l'homme, ce qui amusa fortement la paladin parce qu'ils n'avaient pas encore prit conscience que la véritable terreur ne se situaient pas sous leurs pieds mais juste devant eux.
Elle prit alors son casque entre ses mains, le retira lentement et exposa ainsi son visage au groupe de sectaire du Crépuscule.
Et en effet, la véritable terreur s'empara alors d'eux  quand ils croisèrent son regard où un feu glacial dansait mais il était trop tard, bien trop tard.
Des hommes essayèrent de s'enfuir en découvrant la vérité sur la paladin mais celle-ci poussa un long hurlement ce qui eu pour effet de geler tous les combattants en face d'elle.
Des volutes de glace s'échappèrent alors de son armure étincelante avant qu'elle ne se mette à givrer et à tomber en morceaux, laissant apparaitre la véritable armure se cachant sous l'illusion.
Une armure noire, ténébreuse, glaciale, mortelle. Quelques hommes tombèrent à genoux en voyant les crânes ornants les gantelets, bottes, ceintures et un des espauliers, l'autre étant munit de trois pointes acérés.
Elle retira son épée du sol, laissant apparaitre une lame recouverte de runes et rayonnant d'une aura malsaine et mortelle.
Puis, avant que ses adversaires reprennent leurs esprits, elle invoqua un chancre impie, transmit par une multitude d'insectes.
Les hommes tombèrent au sol les uns après les autres en hurlant sous l'effets dévastateurs des maladies soudaines.
La femme les acheva les un après les autres, calmement, méthodiquement, sans pitié.
L'aubergiste, qui n'avait pas quitté son bar, et ne semblait aucunement menacé par aucun des deux camps, observait la bataille. Il avait rapidement comprit que la femme n'était pas de la caste des paladins mais en réalité un de ces chevaliers de la mort, récemment libéré de l'influence du Roi Liche, avant que celui-ci ne soit défait en Norfendre.
Ces pauvres hommes n'avaient aucune chance et d'ailleurs le seul encore en vie était leur chef, qui se tordait de douleur sur le sol.
Il leva une main suppliante et implora la pitié de la femme, qui se tenait en face de lui, son épée levée, prête à frapper.

 

- Non !! Pitié, épar...

Il ne put finir sa phrase, décapité par l'épée runique du chevalier de la mort.

 

- Dès lors que tu as décidé de pourchasser ma soeur tu étais déjà mort. Ce n'est pas de ta faute, elle est folle, dangereuse, manipulatrice et sadique. Mais il est écrit qu'un jour je la tuerai et tu pourras trouver le repos éternel. En attendant vos corps me serviront.
Le chevalier de la mort planta son épée runique dans le sol, leva la main et d'un geste vif déchira l'air et l'espace ce qui ouvrit la Porte de la Mort, un portail magique qui permet  de  se rendre directement à Achérus, le Fort d'Ebène qui flotte au dessus des Maleterres de l'Ouest.
Des goules et des geisth en sortirent et se précipitèrent sur les cadavres pour ensuite les trainer au travers du portail sous le regard impassible de leur maitresse.
Mais un oeil démoniaque et invisible les observait au loin, un oeil de Kilrogg, l'oeil magique des pratiquants de la Néantomancie. La démoniste avait assisté au spectacle, son drake noir à ses côtés. Elle souriait sous son masque, l'air visiblement ravit. 
Un diablotin s'approcha d'elle et ricana.
- Khiii hihi hihi, elle est décidément toujours aussi effrayante, et en plus tu lui fournis de nouveaux corps pour son armée de cadavres. N'est ce pas trop dangereux pour toi ? Elle pourrait décider d'en finir plus vite que tu ne le pensais.

La démoniste caressa affectueusement la tête du démon et lui répondit d'une voix douce et attendrie.

 

- Non, j'ai encore du temps avant que nous devions nous affronter, et avant ce jour là il me faudra avoir percé tous les secrets de ce monde pour les lui transmettre. Alors il lui sera permit d'accomplir sa vengeance et la mienne par la même occasion. Et puis il serait dommage de ne pas avoir un combat passionnant avant de mourir, tu ne penses pas ?
Et sur ces mots la démonistes se leva, enfourcha son drake, son masque projetant de vives flammes et s'envola en riant vers la Porte des Ténèbres.


Lien court :

Cet article a été lu : 8 fois

4 Commentaires

  1. Satìs Lien Armurerie non trouvé
    Posté le 3 Mar 2013 (13h00)
    Membre
    Anonyme

    Excellent !

  2. pioupiou Lien Armurerie non trouvé
    Posté le 3 Mar 2013 (13h52)
    Membre
    Anonyme

    Génial! GG!

  3. Nìbìru Lien Armurerie non trouvé
    Posté le 3 Mar 2013 (21h03)
    Membre
    Anonyme

    Absolument génial :D

  4. Loslobos Lien Armurerie non trouvé
    Posté le 8 Mar 2013 (12h21)
    Membre
    Anonyme

    Super !

    Vivement la suite ;)

Réagir à cet article

Commentez anonymement :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Créer un Avatar :

Obtenir mon avatar par gravatar


Votre message :

Markup Controls